À vous de parler n°3 : malaises et réactions de lecture en classe

En classe, vous est-il déjà arrivé d’assister à des réactions de lectures inattendues manifestant un malaise de la part de vos camarades ou de vos élèves? Face à quel(s) texte(s) ou objet(s) culturel(s) ces réactions ont-elles eu lieu?

Si vous étiez élève, comment l’enseignant·e a-t-il ou elle géré la situation? Si vous étiez enseignant·e, comment avez-vous géré la situation? Cela vous a-t-il poussé·e à ne plus aborder certains textes ou objets culturels, ou à changer votre façon de les aborder?

Dans votre pratique d’enseignant·e, anticipez-vous ce type de réactions? Y a-t-il des textes ou objets culturels face auxquels ces réactions vous semblent inévitables? Si oui, pensez-vous qu’il faille éviter d’aborder ces textes ou objets culturels ou les aborder de manière spécifique, et comment?


Une réflexion sur « À vous de parler n°3 : malaises et réactions de lecture en classe »

  1. Un très ancien souvenir (et malheureusement très imprécis) qui me vient à l’esprit est la réaction d’une camarade en 6è lors de l’étude de « L’Odyssée » (en version adaptée pour le collège bien sûr) : je crois que nous travaillions sur le héros, et nous devions trouver les caractéristiques d’Ulysse. Une camarade avait suggéré « beau », nous avions forcément parlé de son intelligence, mais le terme « fidèle » avait également été proposé, et approuvé par l’enseignante, probablement en raison de l’obstination d’Ulysse à rentrer chez lui. Une camarade avait alors levé la main et contesté le terme en disant qu’elle ne comprenait pas pourquoi, si Ulysse était fidèle, il était écrit que lui et Calypso « se livrèrent à l’amour etc. » : cette camarade était assez timide et j’imagine qu’elle comprenait très bien le sens du texte, mais nous n’avions pas du tout abordé le contenu sexuel de l’œuvre. Je ne me souviens plus parfaitement de la réaction de l’enseignante, mais il me semble qu’elle avait donné une explication plus ou moins relative aux besoins et désirs sexuels des hommes et les tentations lors d’un voyage de dix ans qui ne remettait pas en cause son amour pour Pénélope. Mais naturellement, l’asymétrie est évidente entre le soupçon qui touche en permanence Pénélope et les multiples infidélités d’Ulysse et je ne pense pas que nous avons eu à ce moment-là les outils pour conceptualiser (et éventuellement critiquer) cette asymétrie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *