Essais d’intégration de l’éducation à la sexualité à l’enseignement de français en classe de 2nde (2/4) : l’histoire de la lutte contre le VIH/Sida

Le court-métrage Le Poisson rouge

Le choix du court-métrage Le Poisson rouge a imposé le thème de l’introduction. Le court-métrage devait me permettre d’amorcer la séquence avec un film plutôt qu’un texte, un court récit plutôt qu’un discours et dans l’humour plutôt que dans le sérieux. Cela peut sembler paradoxal pour un court-métrage étroitement associé aux années Sida, mais je pense que c’était un bon choix.

Le Poisson rouge est un court-métrage réalisé bénévolement par Cédric Klapisch dans le cadre d’un concours de scénarios proposé à des lycéen·nes autour de la prévention du VIH/Sida.

Le court-métrage qui s’achève par le message « Un préservatif peut sauver une vie » raconte le sauvetage d’un poisson rouge (nommé Kiki) dont le bocal s’est brisé grâce à un préservatif rempli d’eau. Il repose sur l’efficacité comique du détournement du préservatif : la propriétaire du poisson rouge, désemparée, se précipite vers une pharmacie où elle réclame en hurlant un préservatif. Le court-métrage joue sur les réactions du pharmacien et des clients, l’un étant interloqué, les autres réagissant rapidement en aidant tout naturellement la jeune femme.

Après un premier visionnage et l’étape de saisie des informations basiques liées au texte (titre, auteur, date, genre ou type de document…), j’ai proposé un point de contexte précis sur le VIH / Sida en mettant ce contexte en relation avec la date de réalisation du court-métrage : 1994. Le but était de situer cette date par rapport à l’arrivée ultérieure des multithérapies (1995-1996), en expliquant ce qu’avaient changé les traitements dans le lien entre infection au VIH et mortalité. J’ai expliqué, outre le changement majeur introduit par l’arrivée des traitement, la deuxième révolution plus récente pour les personnes porteuses du VIH : le principe indétectable = intransmissible (cela signifie qu’une personne porteuse du VIH et traitée, lorsqu’elle obtient une charge virale suffisamment basse pour être indétectable, ne peut plus transmettre le virus à ses partenaires, même si elle choisit de ne pas utiliser de préservatif). Je suis partie bien évidemment pour introduire ces deux bouleversements de la définition des sigles VIH et Sida et de la différence entre les deux termes.

Cette présentation correspondait donc à un double objectif : faire prendre conscience de ce que représentait une infection au VIH avant l’arrivée des multithérapies, dans le contexte de production du court-métrage, et transmettre des connaissances rassurantes et actualisées sur le VIH aujourd’hui en France qui favorisent la pratique du dépistage (l’accès au traitement étant conditionnée par la découverte de la séropositivité). Sur ce point, je note que des collègues ayant vécu le début des années 90 avec qui j’ai échangé en marge de ces cours pouvaient être circonspects face à ce choix de la dédramatisation : en donner précisément les raisons me semble indispensable si la question est abordée avec des collègues un peu plus âgés.

Je n’ai pas cherché en classe à faire une présentation complète du sujet : j’ai laissé venir les questions pour compléter mon propos. Quelques élèves avaient de bonnes connaissances sur la question mais de façon très individuelle (ce qui me laissait supposer qu’il ne s’agissait pas de connaissances scolaires). La question de la transmission mère-enfant a été posée plusieurs fois : j’ai répondu du mieux que je le pouvais, sachant qu’il s’agit d’un domaine assez technique où le principe de la réduction de la charge virale reste valable mais où la temporalité de la découverte de la séropositivité est une variable importante.

J’ai eu plusieurs occasions de vérifier l’intégration de ces connaissances par les élèves : cela se fait lentement, mais j’ai par conséquent beaucoup répété les points essentiels. Mon impression générale est d’avoir eu en face de moi des élèves ayant fortement intégré l’injonction à se protéger par le préservatif masculin, mais peu sensibilisés à l’enjeu du dépistage (je précise que je n’ai pas évoqué la PrEP). Je pense qu’il n’est pas inutile d’équilibrer les connaissances sur ce point.

Le court-métrage était l’occasion de parler des représentations et des normes qui entourent l’achat d’un préservatif et de la façon dont le film les fait bouger par l’humour (par l’absence totale de discrétion dans la pharmacie, l’entraide collective, la place centrale du préservatif – bien imperméable et solide – filmé en gros plan et même embrassé à l’écran). Cette réflexion était ensuite formalisée sous forme de commentaire simplifié en deux paragraphes précédés d’une introduction à rédiger. J’en donnais les deux arguments directeurs : 1. Ce court-métrage construit une histoire courte et rythmée où un préservatif permet de sauver un poisson rouge ; 2. Grâce à cette histoire qui détourne l’usage du préservatif, le court-métrage cherche à briser les tabous qui entourent cet objet et à transmettre des informations sur son usage.

Certaines questions plus spécifiques sur le préservatif ont dû survenir à ce moment du cours. Dans ce cas-là, j’ai toujours répondu aussi précisément que je pouvais, même si cela n’était pas directement lié au court-métrage (j’ai par exemple eu une question sur le fait que les préservatifs peuvent craquer, et j’ai donc indiqué les principaux points de vigilance pour réduire ce risque). Pour toutes ces questions au fil de l’eau, je ne tenais pas forcément à ce que la réponse soit notée et retenue par le plus grand nombre, mais plutôt à montrer que les questions avaient des réponses si elles étaient formulées et que le dialogue n’était pas tabou, même sur des questions très concrètes. L’information précise, elle, peut toujours être retrouvée à nouveau lorsqu’on en a besoin.

Étude d’une affiche d’Act up

Pour deux de mes classes, j’ai proposé ensuite l’étude d’une affiche d’Act up de 1997 intitulée « Par le sang. Par le sperme. Par la loi ». J’ai présenté d’emblée Act up comme une association de lutte contre le VIH / Sida issue de la communauté homosexuelle (telle que se présente elle-même l’association).

«PAR LE SANG. PAR LE SPERME. PAR LA LOI.», 1997, papier, texte blanc sur fond noir, 102 x 70 cm. Archives nationales, fonds Act up-Paris, 20140474/374.

L’affiche est stylistiquement très intéressante, mais a posé plus de difficultés : le message principal, qui appelait lui-même un rappel systématique des modes de transmission du VIH, est suivi d’une longue série de lois auxquelles Act up attribue des discriminations face à l’infection au VIH ou au Sida.

Ces mentions demandaient des explications particulièrement techniques qui devenaient beaucoup trop longues sous forme magistrale tant la liste des discriminations évoquées par Act up est longue et le discours politique précis. J’ai essentiellement pris le temps de m’arrêter sur les reproches adressés à la loi française sur le proxénétisme et à l’absence d’accès au mariage pour les couples homosexuels. Expliquer le terme « proxénétisme » est indéniablement utile, informer sur le cadre actuel du travail du sexe également ; il me semblait important d’expliquer l’enjeu matériel et symbolique que représentait le mariage avant la création du PACS dans une période de deuil et de veuvage omniprésent. Mais tous ces points sont très techniques et nécessitent à chaque fois de nouvelles explications en cascade avec des termes nouveaux (le racolage passif et ses évolutions par exemple). Mes explications sur la pénalisation des clients de la prostitution ont également suscité des incompréhensions importantes que je n’avais pas anticipées : pourquoi ne punirait-on pas les deux personnages engagées dans un rapport prostitutionnel ? Le sujet est peu abordé au collège et au lycée sinon au prisme du « risque prostitutionnel » et extrêmement clivant politiquement. J’ai prudemment évoqué les reproches formulés par certaines associations de terrain à la loi de pénalisation tout en expliquant l’interprétation de la prostitution comme rapport d’exploitation qui explique que la loi ne traite pas de façon symétrique client et prostitué·e. Le sujet aurait mérité une séance d’échanges à lui seul avec davantage de supports.

Bref, malgré l’intérêt du contenu, j’ai buté sur l’absence d’un format susceptible de rendre cette contextualisation des revendications digeste. Un nouveau format serait indispensable pour traiter l’affiche, sauf à disposer d’élèves particulièrement attentifs et patients. Même le point initial sur les modes de transmission nécessitait une historicisation de certains modes de transmission anciens comme la transfusion et demande d’expliquer la logique de réduction des risques mise en place auprès des usagers et usagères de drogue. L’affiche ouvre tout le champ de la politisation de l’épidémie par Act up et des facteurs sociaux de la santé, mais elle demande à mon avis un dispositif plus accueillant pour l’introduire.

Étude d’une campagne récente de l’association AIDES

Pour répondre à ce problème, j’ai remplacé ce document par une campagne plus récente pour l’une des classes. Les autres classes ont étudié le document lors d’une interrogation sur l’introduction de la séquence.

J’ai utilisé des visuels issus de la campagne « Le VIH n’empêche pas » élaborée par AIDES, qui n’était pas encore intégralement diffusée à ce moment-là : celui qui suit, et la déclinaison « Le VIH ne m’empêche pas d’avoir des relations sexuelles. Les préjugés oui. » pour une autre classe.

Visuels extraits de la campagne de sensibilisation “Le VIH n’empêche pas” postés sur les réseaux sociaux par l’association AIDES en novembre 2021. Les deux images ici capturées se succèdent sous format vidéo dans le post d’AIDES.

La campagne permet d’aborder la question de la sérophobie tout en corrigeant les idées reçues sur le VIH en France aujourd’hui. Elle montre en substance qu’en dehors de la sérophobie, les personnes séropositives peuvent avoir une vie normale. Le but était, sans réintroduire de nouvelles connaissances, de voir si les élèves parvenaient à réinvestir les connaissances données au moment de l’étude du court-métrage, et de mettre en relation la contradiction apparente des slogans « Un préservatif peut sauver une vie » et « Le VIH n’empêche pas de vivre » avec l’évolution du contexte épidémique en France. Comme celle d’Act up, les affiches d’AIDES étaient stylistiquement suffisamment complexes pour permettre de mettre en place une approche littéraire minimale (type de discours, structures de phrases elliptiques).

Deux remarques à partir de ce travail : 1/ la question des préjugés est assez largement perçue par les élèves au prisme de l’autocensure ou de l’intériorisation de discours dévalorisants, et beaucoup moins au prisme de la notion de discrimination concrète. Je ne sais pas bien quoi faire de cette remarque, mais cela m’a frappée. 2/ Malgré mes explications antérieures sur l’absence de transmission du virus par les personnes VIH+ ayant une charge virale indétectable, souvent retenues, le préservatif reste vraiment central dans les représentations de la protection : comme le dépistage, le principe du TasP comme alternative au préservatif masculin n’y était pas encore vraiment intégré. Invité·es à expliquer pourquoi « le VIH ne m’empêche pas d’avoir des relations sexuelles » lorsqu’on est séropositif, beaucoup ont mentionné automatiquement la protection offerte par le préservatif, et non l’intransmissibilité très souvent acquise grâce aux traitements (que j’avais bien expliquée en début de séquence). Malgré l’intérêt objectif du préservatif pour les jeunes gens (protection large contre les IST et moyen de contraception), cet « isolement » relatif du préservatif masculin m’a interpellée. Si c’était à refaire, je chercherais probablement un moyen d’interroger plus directement les enjeux du dépistage1.

Cette introduction sur le VIH / sida me permettait donc de poser ou reprendre quelques connaissances scientifiques sur le virus, mais surtout de redonner à l’épidémie une dimension historique, sociale et politique en réfléchissant aux discriminations et à la stigmatisation associées à l’épidémie, un aspect qui n’est pas forcément abordé en SVT. Elle mobilisait des compétences de compréhension fines sur le traitement de l’implicite dans le langage propre à l’affiche (comprendre que « Par le sang. Par le sperme. Par la loi » fait référence à la transmission du VIH, ou que les personnes témoignant pour la campagne d’AIDES le font en tant que personnes séropositives). Elle constituait en même temps une introduction au commentaire et à la présentation / description de documents courts et très visuels, avant de passer à des textes plus longs.



Citer ce billet
Anne Grand d'Esnon (2023, 7 janvier). Essais d’intégration de l’éducation à la sexualité à l’enseignement de français en classe de 2nde (2/4) : l’histoire de la lutte contre le VIH/Sida. Malaises dans la lecture. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7nn

  1. Le dépistage est un enjeu majeur de la lutte contre l’infection au VIH en France : plus de la moitié des personnes qui découvrent leur séropositivité n’avaient jamais été testées auparavant, avec une proportion plus forte chez les usager·es de drogues injectables et les personnes nées en Afrique subsaharienne. La séropositivité continue d’être découverte à stade avancé de l’infection dans un peu moins d’un tiers des cas, particulièrement chez les personnes hétérosexuelles et les usager·es de drogues injectables. Par contraste, si le virus continue de circuler fortement parmi les hommes qui ont des rapports sexuels avec hommes, le délai entre l’infection et le dépistage qui permet de découvrir la séropositivité est plus réduit. Voir https://www.santepubliquefrance.fr/maladies-et-traumatismes/infections-sexuellement-transmissibles/vih-sida/documents/article/activite-de-depistage-du-vih-et-circonstances-de-decouverte-de-l-infection-a-vih-france-2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.