Essais d’intégration de l’éducation à la sexualité à l’enseignement de français en classe de 2nde (4/4) : le tabou des règles

Le dernier thème abordé dans cette séquence était celui des règles, à travers le début du chapitre « Montagne de sang » de la bande dessinée L’Origine du monde de Liv Strömquist. J’ai choisi ce sujet dans l’ouvrage plutôt qu’un thème plus directement sexuel en cherchant plutôt à leur donner envie de lire l’album (celui-ci est arrivé au CDI un peu après mon départ grâce à notre excellente professeure-documentaliste). Le thème est plus classique, abordé plus tôt dans la scolarité mais l’étude littéraire et visuelle à mener était très riche. Ceci étant, la page de titre « Montagne de sang » qui représente une patineuse en arabesque dont l’on voit la culotte tâchée de sang a parfois choqué plus que je ne pensais.

La principale difficulté pour ces pages de bande dessinée a été de distribuer les 4 x 100 pages A3 (non numérotées) nécessaires : je n’avais pas suffisamment anticipé la logistique. Manier ensuite ces pages dans l’ordre pour l’étude n’était pas très simple non plus. Clairement, j’essaierai la prochaine fois de créer un format de reproduction plus maniable.

L’étude de l’extrait de bande dessinée commençait par une étude de structure : je voulais que les élèves puissent restituer le déroulement de l’argumentation en distinguant les questions, les exemples, les « citations » au sens large et les affirmations générales.

Liv Strömquist, « Montagne de sang », L’Origine du monde, traduit du suédois par Kirsi Kinnunen (2016 [2014])

J’ai également donné en élément de contexte des informations sur le Lévitique, longuement cité sous une forme humoristique à la fin de l’extrait à propos de l’interdit des relations sexuelles dans la période des règles et la période qui suit les règles (la niddah). J’avais donné quelques questions à préparer en amont de l’étude linéaire.

Nous avons ensuite suivi une méthode d’analyse linéaire page par page avec la même méthode que nous avions déjà pratiqué pour le texte de Césaire dans la même séquence : une paraphrase, une description technique, une interprétation de l’effet créé.

Les discussions de fond se sont greffées sur le propos et elles ont été globalement assez limitées. Il y a tout de même eu quelques discussions assez nourries au moins dans un groupe notamment sur la question religieuse : le traitement que fait Strömquist de la loi juive est au moins très irrévérencieux et j’aurais pu rencontrer quelques difficultés si des élèves avaient manifesté une adhésion personnelle à l’interdit, toujours suivi dans le judaïsme orthodoxe contemporain.

Liv Strömquist, « Montagne de sang », L’Origine du monde, traduit du suédois par Kirsi Kinnunen (2016 [2014])

Pour cette raison, j’ai bien insisté sur le parallèle dans la bande dessinée avec le discours scientifique de Pline résumé dans la page suivante et lui aussi ridiculisé, puisque ce sont deux textes antiques qui sont cités et tournés en dérision : Strömquist n’attaque pas directement une pratique religieuse contemporaine.

J’ai parfois précisé que son but ici était de se moquer et que cela était forcément un discours plus superficiel que des discussions qu’auraient sur le sujet des personnes de la religion concernée pour qui ce texte a valeur de loi. Ceci étant, il y a eu au moins dans une classe des rapprochements spontanés et sans aucun heurt entre les prescriptions du judaïsme et de l’islam sur ce point : on m’a demandé quand j’ai décrit la place du Lévitique dans la Torah et les interdits typiques qui y sont énoncés si c’était un peu comme les hadiths (il était naturellement assez difficile de répondre).

On m’a également demandé de façon un peu confuse s’il était vrai que « pendant les règles on ne pouvait pas… » : à cette question, j’ai répondu en distinguant des niveaux de réponse. 1/ Ce n’est ni sale ni dangereux d’avoir des rapports sexuels pendant les règles, 2/ mais certaines personnes n’aiment pas cela parce qu’elles ne sont pas à l’aise ou qu’elles ont mal ou sont inconfortables pendant leurs règles, 3/ et il existe des interdits religieux qui ne sont pas automatiquement suivis par les fidèles d’une religion et qui dépendent du rapport de chacun·e à sa foi mais peuvent bien sûr avoir beaucoup d’importance et de valeur pour telle ou telle personne. Des élèves ont noté que l’interdit évoqué dans la bande dessinée à propos du judaïsme existait aussi dans l’islam, et j’ai simplement noté la petite différence temporelle puisque la niddah impose un délai après la fin des règles.

Il y a eu quelques questions plus incongrues dont je n’ai pas identifié l’origine (on m’a interrogée sur le fait de mettre du sang menstruel sur son visage : j’ai répondu « vous faites ce que vous voulez avec vos règles » au garçon en question en vertu de mon attachement imperturbable au principe d’autonomie corporelle). Bref, les échanges se sont globalement bien déroulés, même si les garçons qui lèvent beaucoup la main étaient probablement un peu vexés d’avoir systématiquement vu un sablier là où Strömquist présente ses citations en forme de serviette hygiénique.

Liv Strömquist, « Montagne de sang », L’Origine du monde, traduit du suédois par Kirsi Kinnunen (2016 [2014])

Pour les séances sur les violences sexuelles comme pour les règles, j’ai parfois eu quelques questions ou remarques d’élèves restées en fin de cours, parfois personnelles, parfois générales. Rien ne nécessitait de transmission à l’établissement, et j’ai simplement fait quelques suggestions informelles aux élèves qui normalisent beaucoup voire valorisent la douleur des règles (paracétamol ou ibuprofène en cas de douleur et consulter si ça ne suffit pas car ce n’est pas normal d’avoir mal : j’estime que c’est un repère sain qu’on peut se permettre de donner même sans être personnel médical).

L’étude de la bande dessinée était donc vraiment centrée sur la compréhension d’une argumentation : pour Strömquist, il s’agit d’interroger des représentations et des émotions sociales (la gêne en particulier) autour des règles. Pour nous, il s’agissait de comprendre comment Strömquist fait tout cela, y compris par des procédés visuels, comment fonctionne son humour et les mondes alternatifs qu’elle nous permet d’imaginer. Pour une classe, nous avons pu aller jusqu’au commentaire complet sous la forme d’un texte « à trou » dont je donnais les arguments directeurs et la problématique.

Comme pour les séances précédentes, j’ai donc surdéterminé les aspects méthodologiques du travail tout en introduisant une difficulté relative avec le choix de la bande dessinée. Le sujet en revanche était plus familier pour les élèves et posait moins de difficultés : il s’agissait surtout de l’aborder sous l’angle un peu différent de la perception sociale et historique des règles et de montrer qu’il peut s’agir d’un objet de réflexion critique… et d’humour. C’était aussi une bonne occasion d’aborder le discours religieux comme un discours culturel parmi d’autres de façon sereine, du moins dans la configuration de classe qui était la mienne.



Citer ce billet
Anne Grand d'Esnon (2023, 16 juin). Essais d’intégration de l’éducation à la sexualité à l’enseignement de français en classe de 2nde (4/4) : le tabou des règles. Malaises dans la lecture. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r7np

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.