Journée d’étude « Désir, consentement et violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle »

Organisation : Lucie Nizard (Université Sorbonne Nouvelle – CRP19) et Anne Grand d’Esnon (Université de Bourgogne Franche-Comté – CPTC)

Contact : desiretconsentement@gmail.com

Lieu : Université Sorbonne Nouvelle, Maison de la Recherche
Date : jeudi 13 juin 2019

Argument de la journée d’étude

Dans une deuxième journée d’étude, nous tenterons d’appliquer ces réflexions méthodologiques à la période du long XIXe siècle.

Tout d’abord, nous inscrirons notre réflexion dans un temps long du paysage littéraire, en interrogeant le statut du consentement dans la littérature du XVIIIe siècle dans laquelle se détache en particulier une littérature libertine imprégnée de culture du viol1, dont Sade est un représentant extrême. Le XIXe siècle entretient ainsi une image faussée d’un XVIIIe siècle fantasmatique caractérisé par une grande liberté sexuelle féminine, à l’instar des frères Goncourt qui regrettent dans La Femme au XVIIIe siècle : « L’idéal de l’amour au temps de Louis XV n’est plus rien que le désir, et l’amour est la volupté. Volupté ! c’est le mot du dix-huitième siècle. […] La femme alors n’est que volupté.2 » À la femme légère et toujours disponible au plaisir qu’ils pensent être celle des Lumières, les Goncourt opposent la pudique et honnête bourgeoise de leur siècle positif, à laquelle il est interdit d’exprimer son désir. Pourtant, déjà au XVIIIe siècle, si les personnages féminins sont perçus comme désirants et actifs de leur sexualité, leur consentement n’en est pas moins fréquemment problématique ou absent.

C’est en effet, nous semble-t-il, l’une des spécificités de la question du consentement en littérature moderne : déjà au XVIIIe siècle, et plus encore au XIXe siècle, dans une époque de corsetage victorien, la parole directe des femmes dites honnêtes sur la sexualité est interdite ; leur consentement ne peut donc être que non verbal, car seules les filles perdues se permettent un « Je vous désire ».

C’est pourquoi les contemporains sous-entendent l’existence de ce que nous appellerons une « comédie du viol »: le refus explicite des femmes pressées par leur galant correspondrait souvent à un consentement tacite, comme le résume sur un mode comique la Physiologie des amoureux : « La petite bourgeoise n’accorde rien, mais on peut tout lui prendre.3 » Les mentalités construisent la littérature à partir de cette idée, par une mise en scène narrative spécifique. Puisque la société assigne à la femme un rôle passif dans l’acte sexuel, et à l’homme un rôle actif, justifiant cette bipartition genrée par des arguments médicaux liés à la théorie du dimorphisme sexuel, seul l’homme peut prendre une initiative, d’autant plus virile (et donc appréciée) qu’elle est violente : « Un homme qui prend une femme d’assaut manque de générosité et de noblesse. Oui, mais c’est qu’aussi bien souvent dans l’esprit des femmes, généreux est synonyme de niais.4 » La comédie du non consentement est ainsi souvent traitée sur le mode comique : il est bien sot, le jeune homme qui n’a pas su comprendre que les refus étaient une invite ! Le scénario est déjà présent dans le récit libertin : il s’agira notamment pour nous de mettre en lumière ce qui change exactement dans les récits, d’un siècle à l’autre, dans les représentations de ce type d’interaction.

Il ne s’agit pas pour nous d’affirmer que le consentement non verbal n’existe pas, mais de nous intéresser aux cas de refus verbaux explicites et de refus physiques tout aussi clairs. Comme l’explique Anne-Marie Sohn, le viol d’une femme adulte est rarement pris au sérieux, y compris dans le milieu judiciaire : « Autant la violence sur les enfants, voire les adolescentes, suscite la réprobation publique, autant la violence envers des femmes adultes est absoute, assimilée à un rituel de séduction normal dans la jeunesse. Les enquêteurs ne sont pas loin de penser que les victimes ont été provocantes et, dans ce cas, qu’elles sont responsables des espoirs qu’elles ont fait naître, ou bien qu’elles sont à demi consentantes.5 »

L’époque ne croit en effet guère possible de forcer une femme : si elle « cède », c’est qu’elle l’aura voulu, qu’importe qu’elle ait lutté pour ne point « s’abandonner ». Ce consentement tacite présupposé est renforcé par les thèses médicales qui soutiennent que le viol d’une femme adulte en bonne santé est physiologiquement impossible ; le docteur Vibert affirme ainsi encore en 1911 : « Quand il s’agit d’une femme qui sait ce que sont les rapports sexuels, et qui est en possession de ses forces, il est impossible de croire qu’un homme seul réussisse à accomplir sur elle un viol.6 »

S’ensuivent donc nombre de cas limites, sur lesquels les textes littéraires ne posent jamais le mot « viol », alors qu’ils correspondent à sa définition juridique contemporaine7. La loi est formelle, dès 1810 : « Quiconque aura commis le crime de viol, ou sera coupable de tout autre attentat à la pudeur, consommé ou tenté avec violence contre des individus de l’un ou de l’autre sexe, sera puni de la réclusion. » De plus, le XIXe siècle voit progresser le statut des victimes, notamment grâce à l’avènement de la psychologie et aux interactions entre la littérature et la presse8.

Le concept de consentement existe également : l’adjectif « consentant » est attesté depuis le XIIe siècle dans son sens sexuel. Zola l’emploie à plusieurs reprises dans ce sens : dans Travail, au sujet de Josine, il écrit ainsi : « Sa seule faute est de s’être abandonnée, un soir de printemps, derrière la Guerdache. Même si elle ne sait plus bien jusqu’à quel point elle était consentante.9 » Cette citation est représentative du traitement du consentement féminin dans la littérature du XIXe siècle : bien que l’auteur reconnaisse une zone de flou, y compris dans la conscience de son personnage, autour de la question de son consentement, il présente néanmoins Josine comme fautive d’avoir cédé, fût-ce à la force.

Pourquoi le XIXe siècle, qui condamne légalement le viol et peut penser le consentement, voit-il s’épanouir dans sa littérature la théorie de la « comédie du viol » ?

Cette deuxième journée nous permettra d’interroger le problème du consentement dans les textes littéraires du XIXe siècle à travers trois grands axes majeurs :

  1. la question des points de vue et des voix : à travers quels procédés le texte construit-il l’expression du consentement ou du non consentement féminin, qu’elle soit verbale ou gestuelle ?
  2. la perspective sociocritique : en nous gardant de l’anachronisme, nous pourrons mener une enquête à la croisée de l’histoire des mentalités et de la littérature sur la question de la possibilité du consentement au XIXe siècle.
  3. le viol comme ressource narrative : par exemple, dans nombre de romans naturalistes, l’héroïne connaît un détraquement sexuel qui détermine son destin problématique car elle a été violée adolescente (Germinie Lacerteux, Renée dans La Curée, Madeleine Férat et tant d’autres). Nous interrogerons l’évolution au XIXe siècle et la cristallisation de certains emplois narratifs du motif du viol, ainsi que leur contexte générique.
  1. Voir Roxane Darlot-Harel, « La culture du viol dans la littérature libertine du XVIIIe siècle », mémoire de recherche en littérature française préparé sous la direction d’Erik Leborgne, Paris, Université Sorbonne-Nouvelle, 2016 []
  2. Edmond et Jules de Goncourt, La Femme au XVIIIe siècle, Paris, Flammarion, 1982, p. 145 []
  3. Étienne de Neufville, Physiologie des amoureux, Bruxelles, J. Géruzet, 1841, p. 65 []
  4. Ibid, p. 94. []
  5. Anne-Marie Sohn, Du premier baiser à l’alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Paris, Aubier, 1996, p. 305 []
  6. Charles-Albert Vibert, Précis de médecine légale, 1911, Paris, Baillière, p. 384 []
  7. Selon l’article 222-23 du Code pénal, et depuis 1980, est un viol « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise. » []
  8. Georges Vigarello, Histoire du viol: XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, 1998 []
  9. Émile Zola, Les Quatre Évangiles. Travail, Paris, E. Fasquelle, 1901, p. 39 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.