À vous de parler n°1 : le « malaise » dans les expériences et pratiques de lecture

Bienvenue sur ce carnet,

Nous initions cette série « à vous de parler » par une première question ouverte, sur laquelle nous vous proposons de rebondir comme vous le souhaitez. Il s’agit d’entrer dans les questionnements qui ont motivé la création de ce carnet, souvent issus de nos propres expériences contrariées ou difficiles de lectrices.

Ce carnet propose différentes ressources qui seront complétées à mesure par des réflexions plus théoriques, mais nous souhaitons ancrer cette démarche dans les expériences de chacun·e, et dans une réflexion collective et des échanges qui impliquent enseignant·es, chercheurs·ses, étudiant·es et lecteurs ou lectrices.

Ces échanges réguliers seront prioritairement organisés autour de vos propositions (un thème de discussion, une question, un court témoignage…), que vous pouvez envoyez à l’adresse du carnet (mal..

______________________

Il peut arriver de ressentir des malaises, un inconfort idéologique, émotionnel voire physique, lorsque nous lisons, que nous regardons un film, ou face à d’autres objets.

Cela vous est-il déjà arrivé et face à quels textes, films ou objets ? Dans quelles situations ? D’après vous, d’où proviennent ces malaises, quand se manifestent-ils, sont-ils les mêmes pour tout le monde ?

Cherchez-vous à les éprouver ou au contraire à les éviter ? Ces malaises influencent-t-ils vos pratiques : continuer ou non un livre, sauter des passages, acheter ou choisir un récit, le conseiller à des ami·es, chercher à connaître à l’avance certains éléments ?

______________________

Dites-nous ce que vous en pensez en commentaire !

L’équipe de rédaction
(Camille Bellenger, Camille Brouzes,
Anne Grand d’Esnon et Anne-Claire Marpeau)


8 réflexions sur « À vous de parler n°1 : le « malaise » dans les expériences et pratiques de lecture »

  1. Lorsqu’il y a quelques années nous avons voulu dans notre établissement faire figurer parmi les lectures « Le chat du Rabbin » de Sfar en 6e, il y eu plusieurs réactions. 1° ne pas le donner à lire même en lecture cursive, à cause de la scène où le jeune héros va au bordel ; 2° le donner en lecture cursive, sans revenir sur ce passage ; 3° étudier l’album en n’esquivant pas ce passage qui participe aux réalités d’un garçon qui veut devenir un homme (même s’il est très jeune). Dans le même ordre d’idées, récemment, pour un spectacle à partir de « M. Ibrahim et les fleurs du Coran », malaise à cause du très jeune âge (11 ans) des premiers rapports -> le texte a été modifié : 13 ans.

    En ce qui me concerne, je me trouve assez souvent mal à l’aise en lisant ou en assistant à des pièces de théâtre contemporain.
    – Sur invitation d’un metteur en scène avec lequel je travaillais, j’ai choisi de monter tout de même un spectacle avec mon atelier de théâtre lycéen à partir des » Chroniques » de Durringer (les trois volumes), mais j’avais sélectionné les scènes, et j’avais supprimé un tout petit passage de l’une d’entre elles où le personnage masculin faisait une scène de jalousie à sa compagne en lui décrivant combien il ne supportait pas de l’imagine avec quelqu’un d’autre. Dans le texte relativement concret (« glousser de bonheur, baver de plaisir , dans les poses les plus déguelasses ») j’ai supprimé « prise en levrette comme une chienne ». J’avais précisé sur l’affiche que le spectacle était « à partir de 15 ans ».
    Plus récemment, dans le spectacle « Littoral » de Wajdi Mouawad, qui comporte bien des violences, la description de la scène de torture à caractère sexuel m’a franchement indisposée. Certes, elle souligne le sadisme du personnage. Mais malgré tout l’image, malsaine, reste (un père empalé qui entre en érection sur laquelle on empale sa fille de 8ans…).
    Dans le domaine des réécritures de mythes antiques, emballée par les « Larmes d’Oedipe » de W Mouawad, j’ai été encore une fois très indisposée par « Une Chienne » (réécriture de Phèdre).
    La réécriture du même mythe par Sarah Kane, « L’amour de Phèdre », est également très sexuelle, comme ce compte-rendu de représentation à l’Aktéon le laisse entendre : « […] Phèdre, excellemment jouée, passe à l’acte (buccal), le confesseur d’Hippolyte, dans la cellule, fait de même. Le jeune héros, remarquable par sa « queue de prince », que tout le monde se dispute, préfère jouir dans ses chaussettes (il aime aussi s’y moucher). Pourtant il a de nombreuses relations sexuelles, avec des femmes et des hommes. Il aime voir la tête que l’on fait au moment suprême, c’est tout. Son problème, c’est l’ennui dont ne parvient pas à le guérir un psychiatre. Que sa belle-mère se pende, qu’il soit lui-même condamné, il se trouve agréablement diverti de ses jeux vidéo et de la dévoration de hamburgers […]. Sa sœur n’a pas échappé à son organe. Dieu est violemment interpellé […]. Le mythe est revisité, avec la brutalité de la modernité » (J.-C. Ternaux).
    Je cherchais des réécritures contemporaines de ces tragédies, qui contiennent effectivement beaucoup de violence. J’ai l’impression qu’elle se traduit assez souvent par une transposition sur le plan sexuel, qui ne me convainc pas. Je préfère une « Jocaste reine » de N. Huston, ou même l' »Oedipe Roi » de Pasolini – Pasolini qui est par ailleurs allé aux limites, et même au-delà du soutenable, dans d’autres oeuvres originales, cinéma ou théâtre.

  2. Dans L’amour au temps du choléra, de Garcia Marquez, les amours de Florentino Ariza et sa pupille sont carrément malaisants. J’ai vainement cherché quelque chose dans le style qui laisserait entendre que ce n’est pas « tout à fait » normal. Je ne sais même pas trop quoi en dire, juste que j’étais très mal pendant tous ces passages.

  3. Quelques années après avoir lu « Lolita », j’ai voulu lire un autre Nabokov et j’ai commencé « L’Enchanteur ». Au bout de quelques pages, j’ai jeté le livre à la poubelle, déchiré en plusieurs morceaux, tellement j’étais malade d’angoisse en lisant cette histoire de pédophilie perverse. La lecture de « Lolita » ne m’a pas du tout angoissée de cette manière, forcement du malaise mais pas cette nausée envahissante. D’autres livres m’ont mis mal à l’aise comme « L’ annulaire » de Yoko Ogawa (fétichisme et rapport de soumission patron/employée) ce qui ne m’a pas empêché de lire à peu près tous ses autres livres avec très grand plaisir. Peut-être parce que le malaise, dans le cas d’Ogawa, est voulu et orchestré minutieusement par l’autrice alors que pour Nabokov, c’est plus personnellement viscéral ?
    J’ai ressenti la même angoisse en revoyant « Orange mécanique ». A 18 ans, je l’avais regardé sans être vraiment touchée, à 30 ans je n’ai pas pu le finir tellement les personnages sont gratuitement et bêtement infects .

  4. Je regarde plusieurs films par semaine, environ un film par jour, et je suis féministe, donc le malaise me guette très régulièrement, surtout que je regarde beaucoup de vieux films, donc en terme de sexisme / racisme, ça peut être gratiné (même si l’idée d’une amélioration constante n’est pas si vraie…)

    Je ressens régulièrement des malaises idéologiques, jamais physiques, rarement émotionnels. Mais je dois jongler avec le malaise : quand nous sélectionnons le film du soir avec mon copain, je me pose consciemment la question « que suis-je prête à voir ce soir ? » et ça varie beaucoup d’un soir à l’autre. Par exemple : j’ai envie de voir une comédie, oui mais suis-je prête à subir une histoire où le personnage masculin est creepy ? Est-ce que, vu le résumé sur Imdb, le réalisateur, la période, tel ou tel film est « dangereux » (le mot qu’on utilise pour dire qu’il y a un risque de sexisme/racisme/homophobie/… ) En gérant mes limites au jour le jour, c’est rare que je n’arrive pas à aller au bout d’une oeuvre. La dernière fois c’était Sailor et Lula, moins pour une scène spécifique que pour une impression globale misogyne détestable… pareil en voyant du Jodorowsky.

    La dernière fois que je suis allée au théâtre, c’était la première fois que je n’avais pas envie d’applaudir, et ça n’est pas la même sensation vu qu’on a les gens en face de soi. J’ai applaudi mollement à cette histoire [TW violences conjugales : un mec qui tente d’assassiner son ex-conjointe et son nouveau mec mais la pièce montre que c’est un brave type, qu’il a pas fait exprès et mérite le pardon] mais j’avais juste envie de me lever et de me barrer. Je me sentais plus « captive » que devant un film…

  5. À la mort du dessinateur Gotlib, dont j’ai adoré les œuvres dans mon enfance et mon adolescence, j’ai entrepris de relire tous ses albums. Eh bien, force est de constater que son époque dite « adulte », quand il publiait dans Fluide Glacial et l’Écho des Savanes, utilise beaucoup de ficelles assez atroces de sexisme, voire (assez souvent pour que ça en devienne glaçant) de pédophilie. Certes, c’est dans une démarche globale de transgression des tabous (il y a beaucoup d’histoires scatophiles, aussi), mais je ne peux m’empêcher de les lire comme expression d’une certaine idée des choses de la part de l’auteur. C’était donc une relecture assez éprouvante, dont je suis ressorti sans trop savoir ce que je pensais désormais de Gotlib.

  6. J’ai pu ressentir un grand malaise de lecture l’année où j’ai eu Anéantis (Blasted) de Sarah Kane à l’agrégation. Ce sont les scènes les plus proches de mon expérience personnelle (au milieu de la pièce) qui m’ont le plus touchée (au point de sortir de cours en larmes). Le malaise était évidemment dû au sujet traité et montré (les agressions sexuelles), mais il a fortement été influencé par le cadre de la lecture : un livre en lecture obligatoire pour l’agrégation, dans un programme consacré à la violence et à l’obscénité (avec Médée, Titus Andronicus et Viol). Une autre étudiante a régulièrement vomi à cause de ces lectures. Le contexte influence grandement l’impression de lecture : je ne cherche pas, le plus souvent, à esquiver les passages difficiles des films ou des livres, mais je ne supporte vraiment pas de me sentir forcée à une lecture (et à une analyse, encore plus si elle est orientée); la pièce et le théâtre de Sarah Kane me semblent vraiment importants dans l’histoire littéraire et culturelle. C’est de ne pas pouvoir choisir le moment et l’environnement de la lecture qui m’ont mise dans une telle situation de malaise.

    1. Merci beaucoup pour ce commentaire. Plusieurs agrégatives ont rapporté l’effet très pesant de cette lecture au programme sur leur année de concours (cauchemars, insomnies, etc.).
      Une polémique a éclaté en Angleterre l’an dernier lorsqu’un enseignant qui faisait étudier Titus Andronicus et Blasted a ajouté dans son programme de cours un avertissement de contenu. Aussitôt, une série d’articles ont titré « Des trigger warnings sur Shakespeare ! » sans prendre en compte les spécificités de Sarah Kane ni la démarche de l’enseignant. Celui-ci a publié une réponse très équilibrée et soignée dans le Guardian, que nous avons mise en lien dans la revue de presse : https://www.theguardian.com/commentisfree/2017/oct/31/shakespeare-trigger-warning-students-snowflakes-cambridge-university-sexual-abuse-victims

  7. Bonjour,

    J’ai lu Alice au Pays des Merveilles il y a quelques années. J’avais trouvé la créativité de l’auteur – dont je ne connaissais que le nom – extrêmement développée, avec la création de tout cet univers qui me semblait surgir de nul part. Mais pendant toute ma lecture, j’ai ressenti un vrai malaise, comme vous dites « physique », que je n’arrivais as bien à situer, vis-à-vis du personnage de Alice. En finissant le livre, j’ai lu quelques biographie de Lewis Caroll, qui expliquaient les rapports qu’il entretenait avec les enfants, notamment par l’intermédiaire de photos dénudées qu’il prenait lui-même, ou d’une correspondance épistémologiques maladivement jalouse de toutes les relations qu’ils pouvaient entretenir avec d’autres adultes.
    Quand j’ai appris ça, c’est comme si mon malaise prenait sens tout-à-coup, comme si j’avais ressenti l’attraction malsaine de l’auteur pour une très jeune fille. Je sais que les penchants pédophiles de Lewis Caroll font débat dans le milieu littéraire et que rien ne prouve qu’il ait réellement été attiré par les enfants, mais c’est ce que j’ai ressenti pendant ma lecture sans pouvoir mettre de mot dessus.

    Dans mes choix de lecture, je chéris les livres qui ont été pour moi des mini-tremblements de terre, ceux qui m’ont laissé avec un temporaire sentiment de malaise, la confrontation avec un esprit très différent comme ont pu l’être « Le journal du Voleur » ou « Les Faux-Monnayeurs », qui ont eu un profond impact sur ma vision de voir le monde. En revanche, le malaise suscité par Alice Au Pays des Merveilles n’est clairement pas du même acabit – déjà parce qu’il est inintentionnel, ensuite parce que c’est quelque chose qui me révulse plus qu’il n’engage une curiosité esthétique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.