À vous de parler n°2 : faire lire, ne pas faire lire

Dans vos pratiques enseignantes, vous est-il déjà arrivé d’hésiter à proposer à la lecture certains textes ou certains·es auteurs·rices ? Voire de les éviter systématiquement ? Non par crainte d’une difficulté stylistique qui résisterait à la compréhension, mais par appréhension des réactions de vos élèves à la lecture de ces textes, ou par aversion ou inconfort personnel vis-à-vis de leur contenu.

Quels sont ces textes que vous préférez ne jamais aborder ? Quelles stratégies didactiques mettez-vous en place lorsque vous décidez ou êtes obligé·e de les enseigner malgré tout ?

_________________________


5 réflexions sur « À vous de parler n°2 : faire lire, ne pas faire lire »

  1. Lorsque j’enseignais dans le supérieur, je ne me suis pas interdit grand-chose, mais c’était facilité par le fait que les textes ne m’étaient jamais imposés. Les textes problématiques (par exemple des textes très sexistes) étaient abordés comme tels. Même avec des élèves de première année, je n’ai pas hésité à donner du Despentes (incipit de King Kong Théorie) en explication de texte : ça a été déstabilisant et formateur pour eux.
    Cette année, je suis pour la première fois dans l’enseignement secondaire. En tant que remplaçante, j’ai dû suivre les prescriptions de la collègue remplacée, et j’ai notamment dû faire travailler à mes deux classes de sixième les Contes des Mille et Une Nuits. J’ai rencontré deux problèmes : d’abord, je ne savais pas comment aborder la violence du féminicide commis par le sultan Schahriar. Dans l’une de mes classes, ce sont les élèves eux-mêmes qui ont verbalisé leur malaise face au récit-cadre, en disant que c’était très violent de tuer des femmes juste parce qu’on a été trompé, que le sultan était très méchant et que Schéhérazade aurait dû prévenir la police (!). Nous avons donc discuté de la violence des contes avec d’autres exemples (Barbe-Bleue, Blanche-Neige…) et réfléchi à la manière de les lire. Finalement, parallèlement aux cours sur les Mille et Une Nuits, j’ai lu aux élèves un conte russe qui ne repose pas sur des violences mais sur la générosité du héros (La Princesse et la Grenouille). Lorsque ces élèves ont dû à leur tour écrire un conte, peu ont choisi des ressorts violents et beaucoup ont au contraire placé le héros ou l’héroïne dans des situations où il/elle s’en sortait grâce à son ingéniosité ou à ses qualités de cœur.
    En revanche, une autre sixième a posé un problème différent. C’est une classe très difficile, avec beaucoup de crispations autour des questions de genre et des questions religieuses. Nous étudiions l’un des contes du recueil, « L’Histoire du petit Bossu », qui raconte comment trois personnages — l’un chrétien, l’autre musulman et le dernier juif — commencent par s’accuser mutuellement d’un crime avant de se dénoncer pour sauver les autres. Finalement, c’est un conte sur la bonne entente entre personnes de différentes confessions. Mais les élèves ont été déroutés par la désignation des personnages, qui sont toujours appelés « le médecin juif », « le marchand chrétien » et « le pourvoyeur musulman » : ils estimaient que le fait de mentionner la religion (surtout musulmane) était raciste. Nous avons discuté du fait que de nos jours, lorsque la religion musulmane est mentionnée dans les médias, c’est souvent discriminatoire, et j’ai essayé d’expliquer pourquoi c’était différent dans ce conte. Mais les élèves, très crispés sur le sujet, n’ont rien voulu entendre. Leur niveau très faible en langue et en compréhension n’a pas aidé. Par exemple, une note de bas de page expliquait la référence à un âne présent dans le Coran : « C’est l’âne qui, d’après le Coran, accompagna le prophète Mahomet lors de son voyage… ». Malgré mes explications sur la syntaxe, les élèves ont vu « âne » et « Mahomet » dans la même phrase et ont cru que Mahomet était traité d’âne. Je n’ai jamais pu travailler dans le calme sur ce texte. À la séance suivante, je leur ai distribué un autre conte (« L’Histoire du pêcheur »), que j’avais préalablement expurgé de toute référence religieuse, y compris le passage où le héros, un Musulman très pieux, fait sa prière, car même les mentions neutres ou positives de la religion engendraient une crispation.

  2. Dans le cadre de mon TD d’analyse littéraire d’œuvre, je garde le même programme (pour me permettre de garder la tête hors de l’eau avec ma thèse). Dans le roman choisi, Le Rouge et le Noir, il y a peu de passages qui me posent problème pour des raisons éthiques (et qui seraient dans le même temps essentiels). J’évite de donner en explication de texte la seule scène vraiment sexuelle (la première nuit entre Julien et Mme de Rênal) en exposé: il est déjà difficile de passer à l’oral quand on sort à peine du bac… J’essaie en revanche d’organiser chaque année un atelier collectif (selon le temps qu’il reste), et d’élucider le vocabulaire parfois gazé employé par Stendhal (l’élucidation stylistique est particulièrement difficile en cours, on sent qu’il y a un tabou, peut-être hérité du lycée). Les réactions sont présentes, mais les étudiant·e·s interagissent assez peu; quand j’en ai le temps, j’essaie de questionner les atténuations de ce vocabulaire, et de mentionner la silenciation des violences sexuelles dans la culture occidentale. À l’IUT, ce ne sont pas des textes qui posent problème (pas le cadre), mais des thématiques: cette année, le harcèlement de rue a mené à des débats très âpres et très genrés, #metoo également. Je garde comme objectif de traiter ces questions et textes, par militantisme pédagogique et politique: je n’ai pour le moment eu que des réactions positives (parfois pudiques) des étudiant·e·s, et des remerciements de plusieurs collègues qui, eux ou elles, évitent ces questions, par appréhension…

  3. Chaque année avec mes collègues, nous choisissons des romans contemporains parus en poche, pour un prix littéraire qui concerne nos élèves de seconde. Notre seul interdit concerne la présence de scènes trop érotiques, qui sont très fréquentes dans les romans contemporains. Parfois on a dû abandonner des livres qu’on aimait beaucoup pour cette raison. Pourtant, on n’est pas prudes, on a choisi une fois un roman dont le héros est vendeur dans un sexshop (un roman assez humoristique qu’ils ont adoré) . Mais en seconde, avec des élèves qui n’ont pas ou peu d’expérience de la sexualité, cela pose problème d’imposer la lecture de scènes de sexe détaillées. Ce serait une forme de violence pour eux.

    1. Merci Françoise pour ce commentaire. La dernière partie me fait réagir, mais c’est une question ouverte : est-ce l’absence d’expérience de la sexualité qui est susceptible de rendre la lecture d’une scène érotique, sinon violente, du moins intrusive, ou l’absence de connaissances partageables sur la sexualité, d’éducation sexuelle, et/ou de cadre usuel de discussion franche sur la sexualité indépendamment des expériences des un⋅es et des autres ?

      1. On essaie des choses avec l’infirmière. La municipalité nous payait « les après-midi » du zapping, un débat « djeune » et libéré dans une grande salle de spectacle sur la sexualité, avec un public censé être détendu par le visionnage massif de zappings de Canal Plus. Les élèves qui n’ont pas d’expérience sexuelle en sortent parfois assez traumatisés, on les voit rentrer dans leurs fauteuils et se boucher les oreilles… Je préfère les débats en demi-classes avec intervenants, avec possibilité de dialoguer. Mes premières de l’an passé ont écrit à Annie Ernaux que Les Années n’était pas un livre pour leur âge, car c’était bien trop cru et indécent pour elles. (Alors que franchement, dans ce roman, elle n’est pas si crue!) Annie Ernaux elle-même leur a répondu (super bien,) que dire la vérité n’était pas indécent, que raconter un épisode dans lequel on avait été victime d’un exhibitionniste adolescente permettait au contraire d’aider les autres, en montrant que c’était possible de connaître ce genre de mésaventure et que si à son tour on en était victime, on pourrait se sentir moins désemparée. Elle a touché juste les filles qui lui avaient écrit ça, car elles avaient les larmes aux yeux quand elles ont vu que l’écrivaine qu’elles étudiaient pour le bac français avait pris la peine de leur répondre personnellement. Mais dans le cas du prix littéraire, donc de lectures cursives, les élèves sont seuls avec les livres à la maison, et c’est plus délicat. Pour un livre étudié en classe, je fais attention, on discute des passages problématiques, comme cette année, le comportement de Bel-Ami avec les femmes, et particulièrement le viol de Mme Walter. Certains élèves ont rédigé la lettre imaginaire que le personnage écrivait à une association de victimes de viol, pour raconter ce qu’elle avait vécu. Mais sinon, je vois souvent, lorsque je projette un film où deux personnages s’embrassent, des élèves se boucher les yeux. On a un contexte quand même globalement pas facile facile pour parler de sexualité, donc il faut trouver le moyen de le faire quand même et de ne pas non plus choquer trop les lycéens pour ne pas avoir l’effet inverse de ce qu’on veut obtenir. (J’ai vu des ados ressortir de l’après-midi du zapping en étant plus convaincus que jamais que la sexualité était une affaire de dépravés). Je ne sais pas si mes propos peuvent t’aider, n’hésite pas à demander des précisions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.