Journée d’étude “Désir, consentement et violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle” (2) : introduction

L’introduction suivante a été proposée par Anne Grand d’Esnon et Lucie Nizard en ouverture de la journée d’études :

Une première journée d’étude nous a permis de problématiser l’objet « violences sexuelles » en littérature en interrogeant les notions connexes de désir et de consentement, avec des contributions qui vont de la littérature médiévale au XXIe siècle. Un accent particulier a été placé sur le XVIIIe siècle, où se cristallise un certain imaginaire érotique autour de la littérature libertine. Le but de cette première journée était de préciser les enjeux méthodologiques et théoriques soulevés par la construction d’un objet d’étude – les violences sexuelles dans la littérature1.

Nous avions « laissé de côté » le XIXe siècle dans un premier temps, et nous nous proposons donc désormais d’appliquer ces réflexions à une période plus circonscrite pour en explorer la variété, mais aussi d’essayer de penser l’articulation entre la littérature de la fin du XVIIIe et ce XIXe siècle pour le mettre en perspective.

La question des violences sexuelles au XIXe siècle a d’abord été construite par la discipline historique. L’ouvrage de Georges Vigarello L’Histoire du viol du XVIe au XXe siècle a fait date et confère à la Révolution et au XIXe siècle un statut de pivot. Les travaux d’Alain Corbin et d’Anne-Marie Sohn ont exploré l’histoire de la sexualité féminine et des contraintes qui lui sont associées au XIXe siècle. Dans Une histoire des sexualités, ouvrage sous la direction de Sylvie Steiner paru en 2018, Gabrielle Houbre a consacré un excellent chapitre aux « violences et crimes sexuels au XIXe siècle ».

Les études littéraires concernant les questions de consentement et de violences sexuelles sont moins nombreuses. La question semble pourtant d’actualité, puisque s’est tenue la semaine dernière à l’université Paris-Diderot une rencontre autour de Margaret Cohen et de son étude The Sentimental Education of the Novel, intitulée « Littérature, féminisme et consentement », concernant les romans français de la première moitié du XIXe siècle. De plus, la revue Tangences a consacré en 2017 l’un de ses numéros à la question « Viol et littérature ». Le XIXe siècle y était étudié à travers deux articles dont nous serons amenés à reparler aujourd’hui, et dont les auteurs nous font l’honneur de leur présence, l’un de Chantal Pierre, intitulé « Viols naturalistes : ‘commune histoire’ ou ‘épouvantable aventure’ ? », et l’autre de Pierre Glaudes : « Le viol de Sébastien. À propos de Sébastien Roch d’Octave Mirbeau ». Enfin, le Dictionnaire thématique du roman de mœurs en France (1814-1914), publié en 2008 par Alexandrine Viboud et Philippe Hamon, qui comprend une entrée « viol » rédigée par Philippe Hamon, nous a également guidées dans la préparation de cette journée. Il souligne les implications physiologiques et psychologiques des violences sexuelles dans le roman de mœurs du second XIXe siècle, qui font du viol un véritable déterminisme dans le destin des personnages féminins. Cependant, les exemples littéraires que liste le dictionnaire se réduisent à des incestes, des viols pédocriminels, ou des viols suivis de meurtres. L’ambition de cette journée est de tenir ensemble ce premier type de représentation littéraire et les violences sexuelles que le XIXe siècle ne présente pas comme monstrueuses, et qui ne sont la plupart du temps pas nommées comme telles.

Une exploration lexicologique des termes de « désir », de « consentement » et de « viol » au XIXe siècle fait rapidement apparaître des lignes de tension. D’après le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse, le « désir » est l’« acte de l’âme qui aspire à la possession ou à la réalisation d’une chose. » ; un peu plus loin, le dictionnaire précise : « Particulièrement : appétit des sens qui pousse les sexes l’un vers l’autre. » Le désir est dans les deux cas de l’ordre de l’intériorité, mais dans un cas d’une intériorité de l’esprit qui fait du désir un acte psychique, dans l’autre – dès lors que le terme est défini dans son acception amoureuse ou sexuelle – un état d’ordre physiologique, sensuel. Le terme de consentement est également d’abord défini dans son sens général, comme un « acte par lequel on fait connaître que l’on consent à une chose, qu’on en accepte l’accomplissement ou l’existence: consentement verbal.» Contrairement au désir, le consentement est une action de communication. Suivent des exemples politiques concernant le despotisme, puis un long développement sur une comédie de Guyot de Merville de 1778 intitulée Le Consentement forcé, présentée comme un modèle du genre. Si l’acception sexuelle n’est pas spécifiée, de nombreux exemples l’emploient, comme cette citation d’Augier dans la définition du verbe consentir : « Croyez-vous que jamais une vierge consente / A mettre dans mes mains sa jeunesse innocente ? »

Le Larousse cite d’ailleurs le proverbe « Qui ne dit mot consent », et glose : « Ne pas élever d’objection contre une chose, c’est y donner son adhésion. » Le terme de « viol » est quant à lui défini de la manière suivante : « Dernier outrage à la pudeur commis avec violence, sur une personne du sexe féminin. » Le premier exemple, tiré de Voltaire, jette immédiatement le doute sur la notion : « Un viol est aussi difficile à prouver qu’à faire. » S’ensuit un long développement juridique précis : « Législ. Le code pénal ne définit pas le viol ; l’article 332 de ce code se borne simplement à dire : ‘Quiconque aura commis le crime de viol sera puni des travaux forcés à temps.’ Le viol est le plus grave et le plus rigoureusement puni des différents actes criminels rangés par le code pénal sous la désignation générique d’attentat aux mœurs. » Si le Larousse donne d’abord des exemples de viols pédophiles, il précise ensuite que le viol est « le fait d’abuser complètement et par la violence d’une femme, fait puni de cinq à vingt ans de travaux forcés. ». Enfin, il donne du viol une définition bien plus moderne que de nombreux textes médicaux contemporains : « Il y a viol toutes les fois que le libre-arbitre de la personne dont on a abusé a été opprimé : peu importe que la victime fût ou non vierge avant l’attentat ou même qu’elle fût de mœurs plus ou moins faciles. » Cette conception du viol, qui met en avant la nécessité de punir l’agresseur, est encore neuve et sujette à caution à l’époque de la parution du Larousse.

La Révolution marque en effet un tournant dans les représentations des violences sexuelles. Les dommages psychiques sont petit à petit pris en compte, et le viol devient au cours du siècle, selon la formule de Georges Vigarello, « toujours plus une blessure et toujours moins un larcin2 ». Ces évolutions se traduisent notamment par l’inscription du viol et de l’attentat à la pudeur dans le Code pénal de 18103, qui prévoit une peine de réclusion pour les auteurs de violences sexuelles. Le code pénal de 1810 regroupe l’ensemble des violences sexuelles sous un même chapitre intitulé « Les attentats aux mœurs », qui comprennent l’outrage, l’attentat à la pudeur, le viol, l’adultère, l’excitation à la débauche, et la bigamie. Si les lois reconnaissent l’attentat à la pudeur sans violence ni contrainte ni surprise pour les moins de 11 ans dès 1832, puis pour les moins de 13 ans à partir de 1863, les viols de femmes adultes peinent à être classés comme tels. Un bulletin de la cour de cassation établit pourtant le 2 mai 1844 que « le crime de viol n’étant pas défini par la loi, il appartient au juge de rechercher et de constater les éléments constitutifs de ce crime, d’après son caractère spécial, et la gravité des conséquences qu’il peut avoir pour les victimes et pour l’honneur des familles… Attendu que ce crime consiste dans le fait d’abuser d’une personne contre sa volonté, soit que le défaut de consentement résulte d’une violence physique ou morale exercée à son égard, soit qu’il réside dans tout autre moyen de contrainte ou de surprise, pour atteindre, en dehors de la volonté de la victime, le but que se propose l’auteur de l’action. » Les sensibilités évoluent au fil du siècle, et l’on constate une progressive baisse de la tolérance à la violence.

La seconde moitié du siècle voit la naissance de la médecine légale, mais aussi de la psychologie, qui toutes deux portent une attention de plus en plus marquée aux victimes de violences sexuelles. Cependant, le viol d’une femme adulte reste rarement pris au sérieux dans les procès du XIXe siècle, comme le rappelle Anne-Marie Sohn : « Autant la violence sur les enfants, voire les adolescentes, suscite la réprobation publique, autant la violence envers des femmes adultes est absoute, assimilée à un rituel de séduction normal dans la jeunesse. Les enquêteurs ne sont pas loin de penser que les victimes ont été provocantes et, dans ce cas, qu’elles sont responsables des espoirs qu’elles ont fait naître, ou bien qu’elles sont à demi consentantes4. » Le viol reste principalement perçu comme un crime monstrueux et archaïque ; dans la jurisprudence, la plupart du temps, seuls les viols d’enfants, les viols suivis de tentatives de meurtre ou de mutilations spectaculaires, les viols entre des membres de classes sociales très hétérogènes, ou encore les incestes, semblent être perçus comme de véritables viols.

La littérature du XIXe siècle soulève un paradoxe analogue : la presse s’empare des viols les plus effroyables pour en faire la matière de faits divers scandaleux, et la littérature fictionnelle se saisit parallèlement de cette figure du violeur5, faisant naître un imaginaire du viol propre au XIXe siècle. Au moment de l’émergence de nouvelles normes bourgeoises qui valorisent l’univers domestique, opposant sphère publique et sphère privée, cette figure du violeur est celle de l’intrus ou de l’inconnu qui pénètre par effraction dans l’intérieur bourgeois. Dans le même temps, nombre de textes mettent en scène des interactions sexuelles, conjugales ou extra- conjugales, obtenues par la contrainte, dans lesquelles le consentement des femmes adultes est balayé, sans s’inscrire aussi nettement dans un régime de représentation d’altérisation de l’agresseur6. Ces récits ont pour intertexte la littérature libertine du XVIIIe siècle, peuplée de personnages de fausses prudes qui joueraient une « comédie du viol » légère et badine pour accéder au plaisir sans compromettre leur réputation usurpée de vertu. Autre intertexte important dans la représentation du viol, cette fois pour le pôle du viol monstrueux, le roman gothique, où le viol est une menace importante, dans la lignée des romans grecs comme les Ethiopiques d’Héliodore, mais avec une dimension sadienne qui n’est nullement dans le roman grec, où il s’agit seulement de confirmer la pureté de l’héroïne qui échappe à toutes les tentatives de viol.

En partant, en réception, de ce que nous percevons aujourd’hui comme des violences sexuelles dans la littérature du XIXe siècle, nous sommes donc confronté·e·s à des modalités de représentation particulièrement diverses et paradoxales, qui oscillent en particulier entre le pôle d’un imaginaire monstrueux du viol et celui d’une « comédie du viol », sans qu’il soit toujours simple de dire lesquels de ces récits racontaient un viol ou un attentat à la pudeur aux yeux de lecteurs et lectrices d’un XIXe siècle qui commence à penser les traumatismes de nature sexuelle et à prendre en compte leurs victimes. Ainsi, prendre le parti d’un point de départ conceptuel contemporain nous oblige à interroger les modalités de représentations textuelles des violences sexuelles, la variété de leurs significations et les paradoxes de leurs réceptions. Étudier cette question au XIXe siècle, c’est de plus se pencher sur une littérature dont les rapports complexes à la réalité sont en cours de reconfiguration autour d’une prétention nouvelle d’une partie de la production littéraire de refléter la réalité (pour les mouvements réaliste et naturaliste notamment). Un élément parmi d’autres qui complexifie la façon dont, depuis notre point de vue contemporain, nous pourrions chercher à comprendre la perception des violences sexuelles au XIXe siècle à la croisée de l’histoire et de la littérature (mais aussi de l’histoire de l’art), un problème sur lequel nous reviendrons en fin de journée à travers une table-ronde.

La journée d’études prolonge et complète ces réflexions à travers quatre panels (Scènes et imaginaires du viol, Poétiques de la noirceur, Romantisme et violences sexuelles, Viols domestiques), suivis d’une table ronde (Histoire et littérature : regards croisés sur les violences sexuelles).

  1. L’introduction originale proposait une synthèse des acquis de la première journée. Par souci de concision, nous ne reproduisons pas cette section ici []
  2. Georges Vigarello, Histoire du viol : XVIe-XXe siècle, Paris, Seuil, p. 104. []
  3. Voir l’article 331 du Code des délits et des peines, dans le chapitre « Crimes et délits contre les personnes », dans la section IV « Attentats aux mœurs » : « quiconque aura commis le crime de viol, ou sera coupable de tout autre attentat à la pudeur, consommé ou tenté avec violence contre des individus de l’un ou de l’autre sexe, sera puni de la réclusion ». []
  4. Anne-Marie Sohn, Du premier baiser à l’alcôve. La sexualité des Français au quotidien (1850-1950), Paris, Aubier, 1996, p. 305. []
  5. À propos de la circulation des représentations du viol et de la figure du violeur entre la presse et la littérature naturaliste, voir Chantal Pierre, « Viols naturalistes : “commune histoire” ou “épouvantable aventure” ? », Tangences n°114, 2017, p. 61-78. []
  6. Voir à propos de cette dynamique d’altérisation dans la construction de la figure du violeur les travaux de Sabine Sielke sur la « rhétorique du viol » dans la littérature américaine (Sabine Sielke, Reading rape: the rhetoric of sexual violence in American literature and culture, 1790-1990, Princeton, Princeton University Press, 2002). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.