Archive des tweets de @Anne__GE liés à la controverse Chénier

Le texte qui suit est une archive produite par copier-coller des 30 tweets postés sur le réseau social Twitter par @Anne__GE le 7 juillet 2019. L’autrice de ces tweets avait alors volontairement utilisé son compte Twitter personnel, pour distinguer sa réaction personnelle et militante, sous son identité militante mais aisément reconnaissable, des textes auxquels elle peut par ailleurs contribuer dans des espaces universitaires et à l’intérieur d’initiatives collectives, sous son nom complet. Elle avait également fait ainsi le choix d’un support éphémère, peu indexé sur les moteurs de recherche, afin de réagir aux propos d’un universitaire de façon localisée et ponctuelle. Ces tweets ayant suscité un texte levant le pseudonymat de l’autrice et qualifiant les jurons liés au ton personnel de ces tweets d' »insultes », l’autrice s’est trouvée dans l’impossibilité de supprimer ses données liées aux réseaux sociaux, seules à même de rendre compte du contexte énonciatif et du contenu attaqués. Cette archive est une solution intermédiaire pour détacher le contenu mis en cause de son compte personnel. Seule modification apportée : les initiales figurant entre crochets mentionnaient bien les noms complets des protagonistes de la polémique évoquée. Les propos n’engagent aucunement le carnet Malaises dans la lecture.

Allez à mon tour de reparler un peu du texte de [MH] sur le viol (le non-viol pour lui) dans L’Oaristys de Chénier. http://www.mouvement-transitions.fr/index.php/litterarite/articles/n-10-m-hersant-chenier-eschyle-ronsard-etc-les-classiques-en-proces

Je l’ai posté rapidement hier et je l’ai d’abord lu comme l’épisode S03E02 de cette controverse, et en revenant dessus, je me rends compte qu’il y a vraiment des choses extrêmement choquantes dedans et que je veux en parler ici.

Sur certains aspects du texte (qui est long), on peut avoir un échange posé et respectueux entre littéraires et parler de nos désaccords sur nos conceptions respectives de la littérature bon.

Mais là je vais parler en tant que femme et en tant que féministe. Ce qu’on ne laissera pas passer en tant que femmes et en tant que féministes, c’est ça :

J’en arrive donc à une première conclusion : non seulement il me paraîtrait douteux de parler de viol à propos de « L’Oaristys », mais il me paraîtrait tout aussi discutable de parler de viol à propos d’une scène réelle similaire entre un jeune homme et une jeune femme qui se passerait de nos jours, même si les codes amoureux – puisqu’on ne peut pas nier leur existence – ne sont évidemment pas les mêmes.

L’affirmation que « une scène réelle similaire [à la scène du poème] de nos jours » ne serait pas un viol. C’est une définition du viol qui est posée, pour nous, pour aujourd’hui. Évidemment c’est bien la raison pour laquelle on s’énerve sur ce poème que tout le monde trouve nul depuis deux ans : le problème ce n’est pas le poème ; ce sont les définitions implicites des violences sexuelles qui sont invoquées pour le commenter. [MH] a le mérite de rendre ce problème explicite cette fois.

Qu’est-ce qui ne serait donc pas un viol entre un jeune homme et une jeune fille de nos jours ? eh bien une situation où un jeune homme touche le corps, le seins, le sexe d’une jeune fille, lui arrache ses vêtements, suscitant à chaque fois des refus, reproches ou cris…

Pour plus de clarté, on avait listé ici ces signes explicites de non-consentement et de transgression du refus (ce qui nous a valu d’être taxées de démarche judiciaire, parce qu’on s’appuie sur le texte) (malaises.hypotheses.org/242).

A quelles conditions [MH] affirme-t-il qu’une scène similaire de nos jours n’a rien d’un viol ? (1) à condition que la victime finisse par céder et éprouver du plaisir :

On peut évidemment nier l’évidence, car le poème est court, et les choses vont vite. Mais cette réplique est un acte verbal de consentement. « Mourir » est utilisé ici dans le sens de « défaillir » et sans aucune ambigüité il ne s’agit pas d’une ultime résistance mais d’une conscience qu’on est en train de s’abandonner et qu’on y prend du plaisir.

(2) à conditions que ses refus ne relèvent pas d’une absence totale de désir mais de « mauvaises raisons » comme une pression familiale ou la crainte d’être vue. C’est ce qu’il dit clairement dans cette transposition actualisante :

Avant la consommation de l’acte sexuel, il y a certes, comme je l’ai déjà signalé, plusieurs passages qui correspondent assez bien à ce qu’on appellerait aujourd’hui des « attouchements », et même quelque chose de plus, il faut bien l’admettre, puisque des parties du corps de la jeune femme sont sans son accord dénudées par l’entreprenant berger. Cependant, ces « attouchements » sont eux-mêmes précédés d’une réplique où la jeune femme avoue que ce qu’elle craint, ce n’est pas tant la consommation de l’acte sexuel que la colère de son père (« Mon père le verrait »), ou encore le surgissement d’un tiers qui serait le témoin de la scène amoureuse. En traduisant ces répliques dans la langue actuelle de tous les jours, cela donnerait à peu près, en édulcorant : 1) « J’ai peur que Papa ne soit très fâché » ; 2) : « Tu es sûr que personne ne va nous surprendre ? ». Naïs a également concédé un peu plus tôt qu’un mariage ne serait finalement pas une mauvaise idée (« Il est vrai, ta famille est égale à la mienne »). Elle a multiplié les signes du fait qu’elle est à la fois tentée et effarouchée […]

à partir du moment où une jeune fille aurait peut-être un peu envie d’un rapport sexuel, ses refus ne sont donc plus valables et il est légitime pour son partenaire de passer outre.

Eh bien, dire ça, c’est grave. Dire ça en tant qu’enseignant devant une classe, c’est grave.

Publier ça en tant que professeur des universités, c’est grave. Et c’est qui nous met hors de nous dans cette fucking polémique à la con sur un poème inconnu du XVIIIe siècle : que des PU affirment la bouche en cœur que nos agressions n’en étaient pas, que les viols dont les récits publics s’accumulent depuis des années (et tout particulièrement au moment où cette controverse a éclaté, en plein #metoo) n’en étaient pas, en fait. Que les hommes qui se sont conduit de façon similaire n’ont pas commis des agressions et des viols mais sont simplement « les hardiesses de celui qui comprend qu’elle est en train de consentir et en tire les conséquences de manière un peu leste ».

Alors oui on en peut plus de ces mecs qui ne pigent rien au consentement et qui se permettent en plus de nous donner des leçons sur le sujet.

Dernier élément extrêmement problématique dans la définition du viol donnée dans cet article : juger la réalité du viol à l’aune de la réaction de la victime. Au-delà des multiples problèmes que cela pose d’un point de vue littéraire, voilà ce qu’écrit [MH] :

Je souligne les différents éléments qui mettent en évidence que la réaction de la jeune femme après la consommation de l’acte sexuel n’est pas celle d’une femme violée, sauf à considérer qu’une femme de l’Antiquité ou de l’Ancien Régime puisse être heureuse d’avoir été violée. Mais que n’inventerait-on pas pour injecter l’idée de « viol » dans ce poème qui ne lui a rien demandé ?

Que sait [MH] des réactions des victimes de violences sexuelles ? Et surtout, [MH] est-il donc complètement ignorant du nombre de représentations fictionnelles qui mettent en scène des femmes heureuses d’être violées ?

Donc merde, [MH]. C’est pas comme si personne n’avait essayé de vous expliquer.

Et dernière chose : à vrai dire, je suis choquée que Transitions publie ce texte tel quel avec une introduction aussi timide (et pourtant, je pense que [LF] doit être en désaccord avec la position énoncée) : « son intervention […] fournit une pièce précieuse au dossier : le texte, vif et virtuose, met […] à distance et en pratique la tentation judiciaire qu’illustrait la lecture de Chénier. […] Se joue de nouveau ici une certaine conception de la littérarité […] avec laquelle Transitions aime tout particulièrement dialoguer. » Pardon, mais ce texte révèle AUSSI au fil des lignes une certaine conception du viol, une certaine conception du consentement et une certaine conception des relations de genre qui est sexiste, réactionnaire et dangereuse. Assumez-le au moins.

lire également les réactions d’autres signataires de la lettre initiale : https://twitter.com/LoSnmri/status/1147615967289253893 et https://twitter.com/je__an__ne/status/1147803584026877954

Bon non en fait encore un truc : cette controverse a commencé par une situation similaire où une PU demandait de ne pas parler de viol dans le texte à ses étudiant-es pour telle et telle raison [insérer mythe sur le viol], et se poursuit à chaque fois dans les mêmes termes. C’est violent, c’est épuisant, et c’est pas notre métier d’apprendre à des chercheurs-ses ce que c’est le consentement. Et les réponses nous mettent dans une situation ingérable où soit on reste dans le dialogue universitaire abstrait entre gens de qualité en prenant sur nous, soit on balance les expériences personnelles qu’il y a derrière ça mais là attention on va vers le figement traumatique du texte et on « sacrifi[e] des nuances […] essentielles et fragiles à l’urgence d’un réquisitoire judiciaire. » (reproche de [BT]).

Non, cette discussion n’a pas les mêmes implications pour [MH] et pour moi, pour [BT] et pour moi. Non, nous ne mettons pas les mêmes expériences derrière leurs mots. Et ce n’est pas à nous de trouver un « juste milieu » mollasson qui esquive le problème. Quand on leur fait une lecture littérale ligne à ligne, ça relève du procès avec les éléments à charge, quand on affirme qu’un texte parle de viol sous la forme d’une évidence on impose unilatéralement un mot qui agresse celleux qui ne le voient pas. Alors merde à la fin, c’est quoi les règles du jeu de cette controverse ? (et si vous n’avez rien compris, rdv ici : https://malaises.hypotheses.org/1003)