Archives de catégorie : vie du carnet

Charte de modération du carnet « Malaises dans la lecture »

Le projet « Malaises dans la lecture » est issu d’échanges et de réflexions autour de la lecture et de l’enseignement de textes représentant des violences sexuelles. Il se présente aujourd’hui comme une réflexion sur l’enseignement d’œuvres ou de textes que l’on qualifiera largement de « problématiques », que ce terme survienne en raison de leurs aspects politiques et/ou idéologiques (discours sexiste, représentations racistes, etc.), ou de la violence de leur contenu (violences sexuelles et sexistes, violences de guerre, violences familiales, etc.)

Nous accordons une grande importance au partage de ressources et d’expériences autour de ces sujets. Nous souhaitons que ce carnet soit un espace de dialogue, ouvert à tout·e acteur ou actrice de la communauté éducative (enseignant·e·s, élèves, étudiant⋅e⋅s, assistant·e·s d’éducation, etc.). La page « À vous de parler » a pour but de favoriser ces échanges en ouvrant le carnet à la parole de ses lectrices et lecteurs.

En ce qui concerne les contenus qui nous sont proposés par des lectrices et lecteurs du carnet :

– Nous publions des commentaires et réponses en lien avec les questions lancées par notre équipe de rédaction dans la page « À vous de parler », quels que soient l’âge, le parcours scolaire et la carrière de la personne qui les propose.

– Nous acceptons des propositions de billets en lien avec le projet « Malaises dans la lecture », quels que soient l’âge, le parcours scolaire et la carrière de la personne qui les propose. Ces propositions sont à envoyer à l’adresse du carnet (malaisesdanslalecture@gmail.com). Ces propositions feront l’objet d’une relecture de la part de l’équipe de rédaction et seront publiées en fonction de la pertinence du propos par rapport au projet « Malaises dans la lecture », du calendrier des publications du carnet, de la clarté et de la correction de la rédaction du billet.

Vous pouvez également nous contacter et nous envoyer quelques lignes introductives si vous souhaitez échanger en amont.

Nous ne publierons pas :

  • les contenus à caractère pornographique ou érotique sans lien avec les questions posées par notre équipe de rédaction ;
  • les propos à contenu illégal et violent ;
  • les propos injurieux ou discriminatoires (propos racistes, sexistes, etc.).

À cet égard, nous faisons un effort particulier pour vérifier nos contenus avec des sources fiables, afin de ne pas diffuser de généralités abusives et discriminatoires. Nous demandons la même précaution de la part de nos participant·e·s et nous nous réservons le droit de ne pas publier un commentaire ou une partie de commentaire qui ne respecterait pas ce principe.

L’équipe de rédaction

Malaises dans la lecture

Le projet « Malaises dans la lecture » est issu d’échanges et de réflexions autour de la lecture et de l’enseignement de textes représentant des violences sexuelles. Il s’inscrit dans un contexte où notre rapport au contenu idéologique des œuvres et les modalités d’enseignement ou de transmission de ces œuvres font l’objet de polémiques régulières (autour en particulier des spectres de la « censure » et du « politiquement correct »), interrogeant à la fois la sacralité accordée aux œuvres littéraires et une certaine conception de la relation enseignant⋅e / élève.

Le projet de carnet propose ainsi de structurer un espace de réflexion et de ressources pour les chercheurs⋅ses et les enseignant⋅es autour d’œuvres ou de textes que l’on qualifiera largement de « problématiques », que ce terme survienne en raison de leurs aspects politiques et/ou idéologiques (discours sexiste, représentations racistes, etc.), ou de la violence de leur contenu (violences sexuelles et sexistes, violences de guerre, violences familiales, etc.). Les corpus questionnés seront en priorité des textes de fiction et de non-fiction enseignés dans le secondaire en cours de français, mais nous souhaitons ouvrir la réflexion aux corpus de l’enseignement supérieur, aux textes et documents utilisés dans d’autres disciplines comme l’histoire, et aux images et films susceptibles de soulever les mêmes questions. Le projet pourra ainsi réunir des contributions issues de différentes disciplines : des enseignant⋅es de Lettres du secondaire ou du supérieur, des chercheurs⋅ses en littérature, en arts ou en études cinématographiques, des chercheurs⋅ses en sciences de l’éducation ou en sociologie de la lecture, des documentalistes, des étudiant⋅es, des acteurs⋅rices de la formation des enseignant⋅es. Les objectifs de ce projet seront les suivants :

1. à court terme, puis sous la forme d’une veille, nous souhaitons rassembler les ressources et les réflexions pédagogiques déjà existantes (notamment anglophones) sur cette question précise : billets, communications, articles. Nous joindrons à ces réflexions deux types de ressources complémentaires : d’une part des ressources complémentaires susceptibles de faciliter la préparation de cours (définitions de concepts, textes de loi, supports pour prolonger la lecture avec les élèves), d’autre part une revue de presse rendant compte de la dimension polémique de nos « malaises de lecture ».

2. à moyen terme, ce carnet sera structuré autour de deux espaces : un espace non-hiérarchisé dédié au partage d’expériences entre enseignant⋅es et à l’élaboration de pratiques didactiques et pédagogiques adaptées ; un espace de réflexion plus générale sur les « malaises dans la lecture », sur la réception des œuvres (enjeux de la distance temporelle, enjeux mémoriels, expérience de lecture), les postures de recherche, et les stratégies d’enseignement (accompagnement de la lecture, définition des corpus enseignés, prise en compte de l’âge des élèves). Par rapport aux réflexions anglophones déjà riches, il s’agira notamment d’approfondir les textes du canon scolaire français appelant une réflexion de ce type, de tenir compte de la structure des programmes en France, des notions enseignées et de l’âge des élèves pour répondre aux enjeux de ces textes, de proposer des modèles adaptés aux modèles didactiques majoritaires en France et aux compétences demandées aux élèves, et enfin de réfléchir à l’articulation avec d’autres enseignements du secondaire (éducation à la sexualité, enseignement moral et civique).

3. à plus long terme, nous souhaitons encourager les travaux empiriques sur ces questions, notamment en favorisant des collaborations entre des enseignant⋅es du secondaire et des chercheurs⋅ses en sciences de l’éducation, sociologie de la lecture ou sociologie de la réception. Nous aimerions enfin favoriser par ces échanges la mise en place de formations spécifiques pour les professionnel·les de l’éducation.

à bientôt