Revue de presse

En contexte scolaire et universitaire :

« Trigger warnings needed in classrooms » (février 2014) ; « A.S. Resolution Policy Aims to Protect Students From PTSD Triggers » (mars 2014) : deux des premiers articles sur l’usage des trigger warnings à l’université.

« Our identities matter in core classrooms » (2015) : tribune d’étudiant·es de Columbia, à propos notamment de l’étude d’un texte d’Ovide représentant un viol.

« Pour que les enseignant·es apprennent et enseignent que Victor Hugo était aussi raciste » (mai 2017) : pétition d’une élève de première à propos de l’enseignement de l’œuvre de Victor Hugo et de son Discours sur l’Afrique.

Judith Hawley, « I didn’t ‘ban’ Fanny Hill because of trigger warnings, I don’t teach it at all » (août 2017) : réponse d’une enseignante à une polémique sur ses propos sur Fanny Hill.

Ian Burrow, « Warning my students about a lecture on assault does not make them snowflakes » (octobre 2017) : réponse de l’enseignant à une polémique sur l’usage des avertissements sur le programme d’un cours consacré au viol dans Titus Andronicus et Blasted à l’université de Cambridge.

« Certains garçons ont appris qu’ils n’avaient pas le droit de battre une femme » (octobre 2017) : à propos de l’éducation des élèves à l’égalité des sexes et au consentement, en lien avec l’affaire Weinstein.

« Lettre d’agrégatifs·ves de Lettres modernes et classiques aux jurys des concours de recrutement du secondaire » (novembre 2017) : lettre ouverte à propos de l’étude du l’œuvre de Chénier pour l’agrégation de Lettres. Voir également la Saynète n°73, réponse d’Hélène Merlin-Kajman.

« Sleeping Beauty teaches ‘inappropriate behaviour’, says mother calling for book to be banned from primary school » (novembre 2017) : à propos de l’initiative d’une mère d’élève relative à une version modernisée de La belle au bois dormant pour les jeunes enfants. Voir également François Fièvre, « Sur la moralisation des contes de fée » (février 2018) sur le carnet Iconoconte.

« Joyce Carol Oates on reading problematic classics » (février 2018).

Brice Tabeling, « Voir ou ne pas voir le viol. L’Éthique du métadiscours » (juin 2018).

Débats généraux et polémiques sur la réception des œuvres :

Laura Kipnis, « Chez mes étudiants, il y a un réflexe de censeur qui s’exprime » (décembre 2017).

Nathalie Heinich, « On ne peut pas traiter des représentations comme des actes réels » (décembre 2017).

Laure Murat, « Blow up, revu et inacceptable » (décembre 2017).

Séverine Barthes, « Friends grossophobe, sexiste, homophobe ? Un peu de fact-checking et de mise en perspective » (janvier 2018).

« Que peut-on encore regarder à l’heure des scandales? » (janvier 2018).

Interview d’Anthony Olivier Scott : « Comment juger l’oeuvre des artistes visés par #metoo ? » (janvier 2018).

Shahidha Bari, « The problem of loving art in the age of Weinstein » (janvier 2018).

Elisabeth Lebovici, Giovanna Zapperi, « Miso et maso au pays des droits de l’homme » (février 2018), voir la section « la liberté de l’artiste ».

« Une nouvelle décrivant un viol entraîne la démission de la directrice de la revue XYZ » (26 juillet 2018).